mercredi 13 février 2013


Blog de Translation 2.0 Translation 2.0 Search Engine Marketing & Branding for Translators Translation 2.0 di Jean-Marie Le Ray S.a.s. in English Translation 2.0 di Jean-Marie Le Ray S.a.s. in Italiano Translation 2.0 di Jean-Marie Le Ray S.a.s. en français @ Translation 2.0 di Jean-Marie Le Ray S.a.s. RSS Feed for Translation 2.0 Blog Translation 2.0 on Twitter Translation 2.0 on Facebook Jean-Marie Le Ray on LinkedIn Some Clouds on Wordle Some presentations on SlideShare Some video-sharing on YouTube

* * *

Original post in French, translated by Theresa Shepherd, whom I would like to thank warmly for her excellent work.

* * *

The concept of a “language services market” is extremely vague and elusive. It has yet to be clearly defined—it may even be indefinable.
So how can we accurately calculate the value of this market? The publication of the first China Translation Industry Annual Report in December 2012 has contradicted most of our accepted truths, making us question the reliability of the studies we usually depend on. Are the values underestimated or overestimated? Who’s doing which? And is there some happy medium at the heart of it all?
Let’s take a quick look at several markets, according to the most recent surveys:
  • The Global Language Services Market
  • The Chinese Language Services Market
  • The European Language Services Market
* * *
  • The Global Language Services Market
For many, many years, it was virtually impossible to gain a clear idea of what the global translation market might be worth.

Until the arrival of Common Sense Advisory (CSA for short), an independent research firm founded in 2001 by Donald A. DePalma and Renato S. Beninatto, that publishes an annual report on the global language services market. Every year it offers additional insights and it has essentially become the benchmark in the field.

So what does the latest report (published May 2012) say?

That in 2012 the translation market reached $33.5 billion and was expected to rise to $37.6 billion in 2013, for anticipated growth of about 12.5%.

But let’s take the 2012 overall revenue to start ($33.5 billion), which breaks down as follows:
  • Europe 49.38%
  • North America 34.85%
  • Asia 12.88%
  • Oceania 2.00%
  • Latin America 0.63%
  • Africa 0.27%
So we have Europe with the lion’s share at $16.5 billion ($7.6 billion of that for Western Europe alone), followed by North America with $11.7 billion, then Asia with $4.3 billion.

The latest estimate: in 2015 the global market is expected to be worth $47.3 billion, a rise of over 40% compared to 2012.

As I mentioned, the CSA study is the benchmark in the field. But are these figures reliable?

Let’s try to figure this out, starting by checking Asia, specifically China.

  • The Chinese Language Services Market
On December 6, 2012, the Translators Association of China (TAC) celebrated its 30th anniversary in Beijing. For the occasion it released the 2012 Report on China’s Language Services Industry, according to TAC Vice President Guo Xiaoyong the first authority industry report released by the Chinese translation industry since the People’s Republic of China was founded in 1949. It is intended to serve as a reference for the “scientific planning” of the language services industry in China.

But according to this very official report, the revenue generated by the language services industry in 2011 was $20 billion (125 billion yuan), up 26% from 2010.

In terms of jobs, this translates (no pun intended) to 1.2 million employees active in the language services industry, including 640,000 translators (53.8% of the total).

The forecasts for 2015 expect revenues to more than double, to reach $42 billion (260 billion yuan) for 2 million jobs.

These figures are wildly at odds with those published by CSA, which projects just barely $5 billion more in 2015 ($47.3 billion) for the entire global market. What’s wrong with this picture?

CSA also has 2012 revenues at just $4.3 billion for Asia. Positing that China alone accounts for about one-quarter of this (the other leading countries being Japan, Taiwan, Thailand, Singapore, Korea and India), that would give us revenue of just $1.1 billion for China according to CSA—totally incompatible with the results from TAC.

If we consider the language services industry as covering more than just translation, we can reasonably imagine that 53.8% of the employees in this industry produce 53.8% of the revenue, or easily more than $10 billion for translation alone in 2011, ten times more than what CSA estimated for 2012.

And yet CSA remains the benchmark. As an example, take this recent study published on May 15, 2012. The Government of Canada’s Translation Bureau commissioned PricewaterhouseCoopers s.r.l. to conduct a comparative analysis “for 5 linguistic service organizations in Canada and 3 international organizations” after first establishing “a benchmarking framework from which to conduct the comparative analysis.” It begins with an overview of the global language services industry (section 1.2.):
The language services industry is global in nature, with over 25,000 organizations that provide Language Service Providers (LSPs) in 152 countries. The international industry has the following characteristics:

• The market is highly fragmented, with the top 50 LSPs generating only US $4 billion of the US$31 billion market.

• The LSP market is growing at an annual rate of 7.41%, and is expected to reach US$38.96 billion in 2014. Most of the revenue generated remains associated with translation services.
Yep, these figures are taken straight from the 2011 CSA study, though the report does not cite the source for this excerpt.

Another major study gives us an idea of the differences in the research from one firm to another, and of the difficulty of clearly identifying the parameters.

This is a report by Ambient Insight published in April 2012, titled “The Worldwide Market for Digital English Language Learning Products and Services: 2011-2016 Forecast and Analysis,” which puts 2011 revenue for the entire language industry at $82.6 billion, including $58.2 billion for language learning and $24.4 billion for the GILT (Globalization, Internationalization, Localization & Translation) segment.

Or $7 billion less than CSA found for 2011.

  • The European Language Services Market
According to CSA, in Europe we have $16.5 billion in revenue in 2012, including $7.6 billion for Western Europe alone.

On the European Union side, a recent and very thorough study published in July 2012 conducted as part of a series on translation and multilingualism, titled “The Status of the Translation Profession in the European Union” (see also sources), unfortunately does not touch on the economic aspect. Instead we have to look back to the 2009 study by the Directorate-General for Translation on the size of the language industry in the EU, which evaluated the market at €8.4 billion in 2008, with an estimated annual growth rate of over 10% and forecasts of €16.5 billion in 2015.

The author noted, however, that “although this forecast is highly speculative due to fragmented information available on the industry, it should be considered conservative. Further research is required to confirm that the real value of the language industry can be expected to be well above 20 billion € by 2015.

Entirely plausible estimates, especially if you consider that one-tenth of this figure (€2 billion) was already being generated in 2010 by the EPO with an average cost of €75.15 per translated page.

As for the CSA projection for 2015, it’s $23.4 billion in Europe, so considering the exchange rate that’s more or less the same.

But there is a figure in the 2012 study that surprises me. It is cited in Appendix B: Why there are about 333,000 professional translators and interpreters in the world.

Again, a conservative estimate, well below the 700,000 estimated by Common Sense Advisory (Beninatto et al. 2008).

And yet, how do we reconcile this 333,000-700,000 professional translators and interpreters in the world with the 640,000 translators just in China, calculated for 2011 alone in the “2012 Report on China’s Language Services Industry” published by TAC?

"Exaggerated figure” was Renato Beninatto’s take, but if we accept it, that means that there are close to one million professional translators/interpreters globally, two-thirds of whom are in China and the remaining third everywhere else!

As always, the Chinese market is the most difficult to pin down, in the great tradition of the Middle Kingdom, but for a population that is roughly one-fifth of the planet and a country that is now becoming the top trading power in the world, this number does not seem implausible!

The bottom line: If we take $43.4 billion in revenue for the language services market in 2012 (replacing the $1.1 billion for the Chinese market according to CSA with the $10 billion extrapolated based on the TAC report), that gives us annual revenue per translator/interpreter of $43,400. That falls in the middle range of the rates we usually see!

Granted, it’s an average à la Trilussa (a famous Roman poet from the 19th century whose idea about statistics went something like this: if you have two people and one eats two chickens all by himself, that makes one chicken each on average…), but hey, statistically it’s not inaccurate!

It remains to be seen to what extent any of these studies are reliable. What do you think?

P.S. This TAC conference was really a big, major political event:
The Sixth Plenary Session of the 17th National Congress of the Communist Party of China (CPC), held in Oct. 2011, made the decision to deepen the reform of the nation's cultural system and promote a vigorous development and prosperity of socialist culture. 
The conference is the second one of its kind in 61 years. In Dec. 1951, the General Administration of Press and Publication (GAPP) held its first session with the aim to improve the quality of translations and help translators nationwide to cope with the nation's development in an orderly manner. At the seminar, Hu Qiaomu, then vice minister of the Publicity Department of the CPC Central Committee, and Shen Zhiyuan, then director of the GAPP Compilation and Translation Bureau, delivered the keynote speeches. It was decided that two documents, i.e. "GAPP Regulations on Translated Publications Published by Public Publishing Houses (Draft)" and "Regulations on Translation Works Conducted by Compilation and Translation Departments of Government Institutions and Non-Governmental Organizations (Draft)," would be submitted to the State Council by GAPP for their assessment and approval.
A National Conference on Translation marking the 30th anniversary of the Translators Association of China (TAC) was held on Dec. 6 in Beijing. Co-organized by China International Publishing Group (CIPG) and TAC, the conference drew top industry insiders, journalists, academics, and leaders of relevant government agencies. 
This is the second nationwide conference on translation since the People's Republic of China was founded in 1949. Applying the propositions presented in the Report to the 18th CPC National Congress, the translation community in China hopes to utilize the conference to make translation services more effective in presenting Chinese culture on the global stage as well as improve international communication.
The theme of this year's conference is "Taking Chinese Culture to the Global Stage and Promoting China's Translation Works." 
Guo Xiaoyong, executive vice president of CIPG and executive vice president of TAC, delivered the conference's keynote speech, entitled "Promoting China's Translation Cause and Serving the Nation's International Communication Efforts." 
The first part of a two-volume Annual Report on China's Translation Industry was also issued to attendees.
So the fact that outside of China nobody in the language industry seems to be aware of such a meaningful event is really surprising, and I can’t explain it myself!

mardi 12 février 2013

Combien pèse vraiment le marché de la traduction dans le monde ?

Blog de Translation 2.0 Translation 2.0 Search Engine Marketing & Branding for Translators Translation 2.0 di Jean-Marie Le Ray S.a.s. in English Translation 2.0 di Jean-Marie Le Ray S.a.s. in Italiano Translation 2.0 di Jean-Marie Le Ray S.a.s. en français @ Translation 2.0 di Jean-Marie Le Ray S.a.s. RSS Feed for Translation 2.0 Blog Translation 2.0 on Twitter Translation 2.0 on Facebook Jean-Marie Le Ray on LinkedIn Some Clouds on Wordle Some presentations on SlideShare Some video-sharing on YouTube

Réélaboration du billet intitulé « Le marché mondial de la traduction et les 5 forces de Porter », centrée uniquement sur le poids économique du marché et qui met en avant la difficulté de différentes études de proposer des données convergentes. Une divergence dont les raisons ne demandent qu'à être approfondies...

La présente version est brillamment traduite en anglais par Theresa Shepherd, que je remercie vivement.

* * *

La notion de « marché de la traduction » est extrêmement vague et fuyante, mal définie, voire indéfinissable, insaisissable, même.
Par conséquent comment calculer avec précision combien pèse ce marché ? La publication d'une étude chinoise en décembre 2012 vient bouleverser toutes les idées reçues jusqu’à présent, au point de nous interroger sur la fiabilité de ces études : les valeurs sont-elles sous-estimées, sur-estimées, par qui, trouver un juste milieu est-il possible ?
Mais voyons brièvement les contours de quelques « marchés », selon les études disponibles plus récentes :
  • Le marché « mondial » de la traduction
  • Le marché « chinois » de la traduction
  • Le marché « européen » de la traduction
* * *
  • Le marché « mondial » de la traduction
Pendant de nombreuses années, il fut pratiquement impossible d’avoir une idée précise de ce que pouvait représenter un marché « mondial » de la traduction.

Jusqu’à ce qu’arrive Common Sense Advisory, CSA pour les intimes, fondée en 2001 par Donald A. DePalma et Renato S. Beninatto, une société de recherche indépendante qui publie un rapport annuel sur l’évolution du marché « mondial » de la traduction, grâce auquel on en découvre chaque année davantage et qui est probablement devenu « la » référence en la matière.

Or que dit la dernière mouture de ce rapport (version publiée en mai 2012) ?

Qu’en 2012 le marché de la traduction « pesait » 33,5 milliards de $, chiffre qui devrait passer à 37,6 en 2013, soit une progression prévue d’env. 12,5%.

Mais prenons le C.A. global 2012 pour référence (33,5 milliards de $), ainsi réparti :
  • Europe 49,38 % 
  • Amérique du Nord 34,85 % 
  • Asie 12,88 % 
  • Océanie 2,00 % 
  • Amérique Latine 0,63 % 
  • Afrique 0,27 %
Nous avons donc l’Europe avec un C.A. de 16,5 milliards de $ qui se taille la part du lion (dont 7,6 Mds $ pour la seule Europe de l’Ouest), suivie par l’Amérique du Nord avec 11,7 milliards de $, puis l’Asie avec 4,3 milliards de $.

Dernière estimation : à l’horizon 2015, le marché mondial devrait « valoir » 47,3 milliards de $, soit une hausse dépassant 40% par rapport à 2012.

Comme je vous l’ai dit, l’étude CSA est la référence en la matière, or pour autant ces chiffres sont-ils fiables ?

Essayons de nous faire une idée en commençant par vérifier avec l’Asie, et plus spécialement avec la Chine.

  • Le marché « chinois » de la traduction
Le 6 décembre 2012 la TAC (Translators Association of China) a fêté à Beijing ses trente ans d’existence, et publié pour l’occasion le "Report on 2012 China's Language Service Industry Development", qui est selon les mots de M. Guo Xiaoyong, vice-président de la TAC, « le premier rapport publié par l'industrie chinoise de la traduction depuis la fondation de la République populaire de Chine en 1949 » (the first authority industry report released by the Chinese translation industry since the People's Republic of China was founded in 1949), destiné à servir de référence pour une "planification scientifique" de l'industrie des services linguistiques en Chine.

Donc selon ce rapport très « officiel », le C.A. dégagé par l’industrie des services linguistiques en 2011 a été de 20 milliards de $ (125 milliards de Yuans), en progression de 26% par rapport à 2010.

En termes d’emplois, cela se traduit (c’est le cas de dire) par 1,2 million de salariés dans l’industrie des services linguistiques, dont 640 mille traducteurs (53,8 % du total).

Là encore les prévisions pour 2015 envisagent un C.A. plus que doublé, à presque 42 milliards de $ (260 milliards de Yuans), pour 2 millions d’emplois.

Des chiffres fortement discordants avec ceux de CSA, qui prévoit tout juste 5 milliards de $ de plus en 2015 (47,3 Mds $), mais pour l'ensemble du marché mondial, cherchez l'erreur !

De plus avec un C.A. 2012 de tout juste 4,3 milliards de $ pour l’Asie, et en posant comme hypothèse que la Chine en réalise à elle seule environ 1/4 (les autres principaux pays étant le Japon, Taïwan, la Thaïlande, Singapour, la Corée, l’Inde…), cela nous ferait pour CSA un C.A. d’à peine 1,1 milliard de $ pour la Chine, totalement incompatible avec les résultats de la TAC, quand bien même relatifs à l’année précédente !

Car si l’on considère par « industrie des services linguistiques » un champ d’application ne se limitant pas à la traduction, on peut raisonnablement envisager que 53,8% des salariés de cette industrie produisent 53,8% du C.A., soit largement plus de 10 milliards de $ pour la seule traduction en 2011, 10 fois plus que l’évaluation de CSA pour 2012.

Et pourtant, CSA reste « la » référence. Pour en donner un exemple, citons une étude récente (publiée le 15 mai 2012), commanditée par le Bureau de la traduction du gouvernement du Canada à PricewaterhouseCoopers s.r.l., pour effectuer une analyse comparative « sur cinq organisations canadiennes et trois organisations internationales qui offrent toutes des services langagiers », en dressant d’abord le « cadre sur lequel fonder l’analyse comparative », et en commençant donc par donner un panorama de l’Industrie mondiale des services langagiers (section 1.2.) :
L’industrie des services langagiers est de nature mondiale; elle comprend plus de 25 000 organisations offrant des services langagiers dans 152 pays. L’industrie internationale a les caractéristiques suivantes :

• Le marché est fortement fragmenté; les 50 plus grandes organisations offrant des services langagiers génèrent seulement 4 milliards de dollars américains dans ce marché de 31 milliards de dollars américains.

• Le marché des organisations offrant des services langagiers croît selon un taux annuel de 7,41 % et devrait atteindre les 38,96 milliards de dollars américains en 2014. La plupart des recettes continuent d’être associées aux services de traduction.
Donc ce sont bien là des chiffres repris à l’identique sur l’étude 2011 de CSA, quand bien même le rapport ne cite pas sa source pour ce passage.

Une autre étude importante donne une idée des divergences entre une recherche et l’autre, et de la difficulté de cerner le problème avec précision.

Il s’agit du rapport d’Ambient Insight, publié en avril 2012, intitulé « The Worldwide Market for Digital English Language Learning Products and Services: 2011-2016 Forecast and Analysis », qui nous donne en 2011 un chiffre d’affaires global pour l’industrie linguistique de 82,6 milliards de $, dont 58,2 pour l’apprentissage des langues et 24,4 pour l’industrie GILT : Globalisation, Internationalisation, Localisation & Traduction.

Soit 7 milliards de $ de moins que CSA pour la même année

  • Le marché « européen » de la traduction
Selon CSA, nous avons en 2012 une Europe avec un volume de 16,5 milliards de $, dont 7,6 Mds $ pour la seule Europe de l’Ouest.

Côté Union européenne, une récente recherche - très complète - publiée en juillet 2012, menée dans le cadre des études sur la traduction et le multilinguisme, intitulée « The Status of the Translation Profession in the European Union » (voir également les documents sources), n’aborde malheureusement pas l’aspect économique ; il faut donc se reporter à l’étude précédente de la direction générale de la traduction, datée 2009, sur la taille de l’industrie linguistique en Europe, qui évaluait le marché à 8,4 milliards d’€ en 2008, avec un taux de croissance annuel estimé supérieur à 10% et des prévisions de 16,5 milliards d’€ en 2015.

L’auteur précisant toutefois qu’il s’agit là d’une projection prudentielle, quand bien même « hautement spéculative » en raison des informations trop fragmentées sur l'industrie, dont la valeur réelle pourrait fort bien dépasser 20 milliards d’€ d'ici 2015. (Although this forecast is highly speculative due to fragmented information available on the industry, it should be considered conservative. Further research is required to confirm that the real value of the language industry can be expected to be well above 20 billion € by 2015.)

Des estimations tout à fait vraisemblables, surtout si l’on tient compte qu’un dixième de ce C.A., soit 2 milliards d’euros, était déjà réalisé en 2010 par l'EPO, avec un coût moyen de 75,15 € par page traduite…

Quant à la projection de CSA pour 2015 elle est de 23,4 milliards de $ en Europe, donc en tenant compte du change, nous y sommes plus ou moins.

Il y a toutefois un chiffre dans l’étude 2012 que je trouve étonnant. Il est cité à l’annexe B : Why there are about 333,000 professional translators and interpreters in the world.

Là encore, une interprétation prudentielle, largement plus basse que les 700 000 estimés par CSA (Beninatto et al.) en 2008.

Et pourtant, comment concilier cette fourchette de 333 000 / 700 000 traducteurs et interprètes professionnels dans le monde, avec les 640 mille traducteurs uniquement en Chine, calculés pour la seule année 2011 dans le "Report on 2012 China's Language Service Industry Development" publié par la TAC ?

Des données "exagérées" selon Renato Beninatto, mais si l’on accepte ce chiffre, cela voudrait dire que nous sommes plus près d’un million de traducteurs/interprètes professionnels au niveau global, dont les 2/3 en Chine et le dernier tiers dans le reste du monde !

Comme toujours, le marché chinois est le plus insaisissable, selon la meilleure tradition de l’Empire du Milieu, mais pour une population qui représente grosso modo 1/5e de l’humanité, et pour un pays désormais en passe de devenir la première puissance commerciale du monde, cette donnée est loin d’être invraisemblable !

Donc, en conclusion, si l’on prend un C.A. global de 43,4 milliards de $ pour le marché de la traduction en 2012 (en remplaçant le 1,1 Md $ du marché chinois selon CSA, par les 10 Mds $ extrapolés du rapport TAC), cela nous donne un C.A. annuel généré par traducteur/interprète de 43 400 $, plutôt dans la moyenne des tarifs que nous connaissons habituellement !

Je vous l'accorde, c'est une moyenne à la Trilussa (célèbre poète romain du XIXe dont l’idée de statistique dit à peu près ceci : prenons deux personnes, une des deux mange à elle seule deux poulets entiers, en moyenne ça fait un poulet chacun…), mais bon, que voulez-vous, statistiquement, ce n’est pas faux…

Reste à savoir jusqu'à quel point toutes ces études sont fiables ! Qu'en pensez-vous ?

lundi 11 février 2013

Identifier mon propre marché de la traduction pour me positionner par rapport à la concurrence

CV de Jean-Marie Le Ray Translation 2.0 Search Engine @ Translation 2.0 di Jean-Marie Le Ray S.a.s. Translation 2.0 di Jean-Marie Le Ray S.a.s. in Italiano Translation 2.0 di Jean-Marie Le Ray S.a.s. en français Translation 2.0 di Jean-Marie Le Ray S.a.s. in English Marketing & Branding for Translators RSS Feed for Translation 2.0 Blog Translation 2.0 on Twitter Translation 2.0 on Facebook Jean-Marie Le Ray on LinkedIn Some Clouds on Wordle Some presentations on SlideShare Some video-sharing on YouTube

* * *

[Billet connexe : Le marché de la traduction en France depuis 2010...]

Troisième et dernier billet du triptyque intitulé « Moi et les autres » :
  1. Se (faire) connaître comme traducteur
  2. Le marché mondial de la traduction et les 5 forces de Porter
  3. Identifier MON propre marché de la traduction pour me positionner par rapport à la concurrence
* * *

Imaginez le cercle ci-dessus comme le globe terrestre, et vous au milieu : c’est la représentation assez exacte du traducteur pour qui le « marché mondial de la traduction » ne reste qu’une abstraction, sans grande signification pour sa vie professionnelle, si ce n’est le sentiment d’appartenir à un marché dynamique.

Un dynamisme dont l’on se dit que, quelque part, il finira bien aussi par avoir des retombées positives à mon niveau. Toutefois, si retombées il y a, inutile de les attendre passivement du marché, mais c’est à moi de les provoquer, les chercher, les trouver, les exploiter à mon profit.

Si le marché ne vient pas à moi…

Un marché extrêmement compétitif, sur lequel je dois me positionner, ou, pour mieux dire, me différencier. Sortir du lot. Conquérir – et conserver (et donc défendre) – mon avantage concurrentiel.

Nous sommes dans la même situation que les PME/PMI contraintes d’affronter le dumping international, pour lesquelles il n’y a pas 36 moyens d’affronter le problème, mais juste 2 : répondre par 1) la qualité, et 2) la spécialisation.

Qualité du service ne voulant pas dire uniquement, dans notre cas, qualité linguistique, mais également sérieux, garantie de tenir les engagements en termes de délais, capacité d’offrir le meilleur compromis au niveau du rapport qualité/prix, etc.

Au départ le modèle des 5 forces de Porter a été conçu pour de grosses entreprises, mais il est parfaitement adaptable au niveau individuel.

Tous les traducteurs savent parfaitement qu’ils sont au centre d’un rapport de forces permanent où la seule règle semble être la loi de la jungle, où le plus gros mange le plus petit, etc.

En fait c’est beaucoup plus subtil que ça, et la réalité me semble s’apparenter davantage à un proverbe arabe qui dit à peu près : « Si tu es agneau je suis loup, et si tu es loup je suis agneau »…

Donc en clair, les cinq forces qui déterminent, selon moi, la structure concurrentielle du marché de la traduction sont :
I. Les fournisseurs : j’entends essentiellement par fournisseurs les agences, qui font le plus souvent office d’intermédiaires entre les traducteurs et les clients.
II. Les nouveaux entrants : vu que les barrières à l’entrée sont extrêmement faibles sur le marché de la traduction, voire inexistantes, ce sont tous les « collègues » ou aspirants traducteurs qui pratiquent le dumping au niveau des tarifs, des conditions de travail, etc.
III. Les clients : c’est le destinataire final de la traduction, celui pour qui je fais le travail soit seul soit en équipe, soit indirectement (par le biais d’un intermédiaire) soit directement (je négocie les conditions en direct avec le client, sans intermédiaire).
IV. Les produits de remplacement et complémentaires : ils vont de la traduction automatique à la post-édition, de l’internationalisation à la formule SaaS (Software as a Service), de la traduction communautaire (autrement dénommée crowdsourcing) à la traduction en temps réel, souvent gratuite ou quasi-gratuite, en passant par l’utilisation de gigantesques mémoires collectives, etc.
V. Les traducteurs concurrents : moi et les autres professionnels du métier évoluant sur le même marché que le mien (ou sur un marché proche)…
Naturellement, chacune de ces 5 forces tente constamment de « tirer la couverture à soi », d’où une tension permanente sur les prix et sur les capacités de négociation de chacune des parties prenantes.

Car si les acteurs du modèle de Porter disposent d’un pouvoir de négociation élevé d’autant plus qu’ils sont peu nombreux ou concentrés, sur le marché de la traduction c’est tout le contraire : une infinité de traducteurs et de parties prenantes sur un marché hautement segmenté, voire atomisé…

D’où un faible pouvoir de négocier a priori, ce qui limite considérablement degré de liberté et marges de manœuvre, avec à la clé une rentabilité du travail fortement restreinte.

Sauf … sauf si le service que je fournis - promesse et synonyme de qualité et de spécialisation - différencie nettement mon offre de celle de mes compétiteurs, raison pour laquelle les agences ou les clients pour qui je travaille y réfléchiront à deux fois avant de changer de fournisseur, le coût de changement pouvant s’avérer prohibitif à terme.

Car pour autant qu’il coûte peu, un travail mal fait revient toujours trop cher, si ce n’est parce qu’il faut le refaire : donc, au final, coûts supplémentaires, crises de foie et pertes de temps…

Le jeu n’en vaut pas la chandelle. Il est même très anti-économique.

C’est ainsi qu’un traducteur se met en position de force vis-à-vis de ses interlocuteurs, et en situation de ne plus subir les conditions (abusives) de l’agence ou du client, mais plutôt de faire valoir les siennes à leur juste valeur.

Puisqu'au final ce n’est pas l’agence qui fait le travail, c’est bien le traducteur. Qui est donc la brique indispensable sur laquelle repose tout l’édifice. Sur ce point, la stratégie des agences vis-à-vis du traducteur est très claire : si tu n’acceptes pas mes conditions, je vais en trouver dans la foulée 10 ou 100 autres qui ont les mêmes compétences que toi. Donc c’est à prendre ou à laisser…

Et dans un parallèle quasiment identique, les clients tiennent volontiers aux agences le même discours que celles-ci tiennent au traducteur, dernière roue du carrosse. Souvent d’ailleurs, c’est parce que les agences se plient aux conditions (abusives) du client, sans montrer la moindre capacité de négocier, qu’elles finissent par répercuter les tensions sur le traducteur, chargé en dernier ressort de boucler la quadrature du triangle : « donc vous me ferez 100 pages du vendredi après-midi au lundi matin, merci et bon week-end »…

En conclusion, pas de mystère : qualité et spécialisation sont les deux mamelles d’une carrière réussie en traduction, les deux piliers sur lesquels bâtir sa propre capacité de négociation par rapport à la concurrence.

À ce stade du raisonnement, la question se pose en ces termes :
- quel niveau de qualité suis-je en mesure de proposer à mes clients, dans quels secteurs de spécialisation ?
À chacun/e d’apporter ses propres réponses !

Les connaissez-vous, ces réponses ? Comment les avez-vous identifiées ?

Avez-vous suffisamment approfondi vos compétences et votre marché ? Rappelez-vous : analyse SWOT de mes compétences, et analyse SWOT du marché.

Dans quel(s) couple(s) de langue je travaille, quel(s) pays (aussi bien au niveau national que régional et local), sur quel(s) secteurs(s) [technologie, informatique, médecine, marketing / publicité, industrie, finance, marchés publics, droit, etc., pour ne citer que les principaux], dans quelle(s) activité(s) :

Et suis-je certain que mes couples de langues/secteurs sont les plus prometteurs, ou dois-je envisager des conversions, d’apprendre une nouvelle langue, etc.

Après quoi, une fois identifiés tous ces éléments, je passe à l’analyse des forces (I, II, III, IV et V) en présence sur mon marché, qui sont donc mes concurrents directs.

Non seulement pour comprendre la manière dont ils fonctionnent, et quels sont les facteurs clés qui caractérisent leur avantage concurrentiel, mais également pour appréhender les complémentarités possibles (y compris avec les « produits de remplacement »…), en décidant si et à quel niveau je peux leur proposer une coopération : ce qu’on appelle la coopétition, un nouveau concept qui, en dépit de la sonorité malheureuse du nom, s’avère une excellente manière d’étendre son réseau professionnel et de créer des synergies « opportunistes ».

Mais n’est-ce pas ce que font déjà les traducteurs sur des places de marché virtuelles comme ProZ ou LinkedIn ?

Voilà. On pourrait bien sûr détailler encore et encore les étapes ci-dessus, mais il est bon que chacun/e mène sa propre réflexion et trouve ses propres réponses ! Forcément différentes de celles du voisin...

1 traducteur = 1 marché = 1 recherche