lundi 13 mars 2017

Federico Pucci : LE précurseur de la traduction automatique

CV de Jean-Marie Le Ray Translation 2.0 Search Engine
@ Translation 2.0 di Jean-Marie Le Ray
Translation 2.0 di Jean-Marie Le Ray in Italiano Translation 2.0 di Jean-Marie Le Ray en français Translation 2.0 di Jean-Marie Le Ray in English Marketing Board on Pinterest, by Translation 2.0 Marketing & Branding for Consultants Jean-Marie Le Ray sur Google+ Translation 2.0 on Twitter Translation 2.0 on Facebook Jean-Marie Le Ray on LinkedIn Some Papers on Academia.edu Some presentations on SlideShare Some video-sharing on YouTube


* * *

Cercasi copia cartacea del quotidiano "Il Mattino", edizione di SALERNO, giovedì 6 febbraio 1930 ( contatto )

Quatrième partie - Premier texte au monde sur la traduction automatique
Troisième partie (en italien) - Federico Pucci, pioniere della traduzione automatica
Deuxième partie - Federico Pucci : LE précurseur de la traduction automatique
Première partie - Traduction automatique : SCOOP sur le traducteur dynamo-mécanique !

Sur Adscriptor :

Federico Pucci, inventeur du premier "traducteur mécanique" des temps modernes

3. Exclusivité : les inventions de Federico Pucci dans la traduction automatique (24/03/2017)
2. Histoire actualisée de la traduction automatique (17/03/2017)
1. Traduction automatique : une découverte extraordinaire (16/03/2017)

* * *

Décidément, voici deux jours que je vais de découverte en découverte : après avoir exposé hier la façon dont j'ai trouvé un maillon manquant à la chaîne historique de la traduction automatique, à savoir le traducteur dynamo-mécanique de Federico Pucci (dont je pensais que l'invention remontait à 1949, d'après les données que j'avais à disposition), quelques éléments me paraissaient pourtant contradictoires, ou exigeaient pour le moins des approfondissements ultérieurs.

Et notamment :
  1. Pourquoi les ouvrages relatifs au traducteur dynamo-mécanique étaient-ils classés sous le sujet INVENTIONS - PARIS - 1935 (cette date ne correspondant pas à l'annonce faite dans les journaux américains d'une présentation de l'invention au Concours Lépine de 1949) ?
  2. Pourquoi la version française (avec le couple linguistique anglais-français) ne se trouvait nulle part à la bibliothèque de Salerne, alors qu'elle était bien mentionnée sur le site de l'éditeur Adamoli ?
C'est ainsi que j'ai eu l'idée (par personne interposée : en téléphonant à plusieurs familles Pucci de Salerne, une interloctrice m'a dit « pourquoi n'essayez-vous pas de chercher en Toscane, où Pucci est un nom de famille courant ») de consulter la bibliothèque de Florence.

Et là encore, deuxième énorme surprise, les résultats sont tombés : 8 livres de Monsieur Pucci, dont les livres manquants à Salerne (où il y a 9 ouvrages recensés), plus certains doublons entre les deux bibliothèques !


In extenso :
  1. L'Europa non vuol morire - F.lli di Giacomo (1936) 
  2. Grammatica dinamica della Lingua tedesca : (linee fondamentali) - Assoc. Internaz. Pro Pace (1950) 
  3. Manuale di letteratura Inglese : Parte I (I principali scrittori) - Tip. Fratelli Jovane (1923)
  4. Serie delle grammatiche dinamiche, pratiche, ragionate : Parte I. Per coloro che in pochi giorni desiderano acquistare una conoscenza elementare della Lingua Inglese. [fasc. ] I. Inglese. - Assoc. Internaz. Pro-Pace (1949)
  5. Le traducteur dynamo-mecanique : L'invention pour traduire les langues de l'occident sans les connaitre presque sans dictionnaire. Op. I: anglais-francais, salerno, association intern. (1949)
  6. Il traduttore dinamo-meccanico : Serie a. L'invenzione per la traduzione immediata e rapida delle lingue dell'Occidente senza conoscerle e quasi senza vocabolario. Vol. I. Francese-italiano. Vol. II. Inglese-italiano. - Assoc. Internaz. Pro-Pace (1949)
  7. Il traduttore dinamo-meccanico : Tipo libro macchina. Serie a. L'invenzione per la traduzione immediata e rapida nelle lingue dell'Occidente senza conoscerle e quasi senza vocabolario. [fasc. ] I. Italiano-Inglese. - Ed. Ass. Internaz. Pro-Pace (1950)
  8. Il traduttore meccanico ed il metodo per corrispondersi fra europei conoscendo Ciascuno solo la propria Lingua : Parte I. - Tip. L. Jovane (1931)
J'ai donc fait d'une pierre deux coups, en trouvant l'ouvrage en français absent à Salerne, et en répondant à ma première question sur le pourquoi de INVENTIONS - PARIS - 1935 : parce que le premier ouvrage de M. Pucci traitant de cette invention date de ... 1931 !!! Il s'intitule (je traduis) : « Le traducteur mécanique et la méthode pour correspondre entre européens, chacun en connaissant uniquement sa propre langue ».

Donc non seulement ça signifie que Monsieur Pucci a travaillé près de 30 ans à son traducteur, puisque son dernier ouvrage en rapport avec l’invention a été publié en 1958 [intitulé « Vocabulaire mobile italien – français : (partie Traducteur mécanique) »], mais aussi et surtout que ce serait le précurseur absolu de la traduction automatique !!! 

En effet, en examinant les chronologies qui traitent des progrès accomplis dans ce domaine au XXe siècle, toutes celles que je connais partent de 1932 avec la construction probable de la première machine à traduire (détruite par la suite, aucun document la concernant n'ayant été conservé, si ce n’est une photographie ne permettant pas d'en donner une description) et de 1933, avec le dépôt du brevet et la présentation aux autorités soviétiques de la machine de Petr Petrovič Smirnov-Trojanskij, sans doute restée à l'état de plans et de description (Source).


Puis de 1933-1935, avec la construction du « cerveau mécanique » de Georges Artsrouni :


En 1937, Georges Artsrouni présentera quelques machines à l'Exposition Nationale de Paris, dont le principe fut couronné d'un diplôme de Grand Prix pour la mécanographie, selon l'inventeur lui-même.

Or selon les ouvrages de M. Pucci à la bibliothèque de Salerne, classés INVENTIONS - PARIS - 1935, son œuvre aurait été présentée deux ans avant celle de M. Artsrouni, mais surtout la publication en 1931 du « traducteur mécanique et [de] la méthode pour correspondre entre européens, chacun en connaissant uniquement sa propre langue » (bibliothèque de Florence) serait antécédente à celle de M. Petr Petrovič Smirnov-Trojanskij !

Voici de quoi revoir nos idées sur la question, mais il me semble tout simplement incroyable et invraisemblable qu'aucun universitaire, chercheur, voire étudiant italien n'ait jamais approfondi la formidable aventure d'un tel "patrimoine national", que l'histoire de M. Federico Pucci (dont je ne sais encore strictement rien) soit restée dans l'ombre si longtemps, et celle de son traducteur (dynamo)-mécanique totalement méconnue jusqu'à ... aujourd'hui.

À suivre dès que j'aurais en main une reproduction papier de ces textes d'anthologie de la traduction automatique !




Liens connexes :



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire